[Refrain :]
Il était une fois dans l'ouest une sorte de mc,
qui ne fesait qu'bosser trimer pour que le succès leur fasse signe,
Pour tous les nouveaux et tous les anciens voilà les chemins qu'on a prit,
Un flow de barge et les textes qu'on crache font qu'tu reconnait ça t'fascine,
Il était une fois dans l'ouest une sorte de mc,
qui ne fesait qu'bosser trimer mais tu sais qu'tout n'est si facile,
Tant d'années sont passées dit moi qu'est devenu le rap d'aujourd'hui,
Toujours la même c'est la merde on se bats pour ne pas rester dans l'ombre et qu'on vacille.


[Kamnouze :]

Ca vient de panam et ca vient de la province,
Là ou j'ai fait mes classe on disait que les chances étaient minces,
mais 96 on débarque avec le bastion,
La révolution du rap de l'ouest une nation,
A l'époque on débarquait à la wu tang clan,
Demande à soul choc on était comme des dingues,
On portait les micros comme les voyous portaient l'flingue,
On a baffé des mc en sortie d'jungle,
J'suis en mode éducation mon flow et ma technique sont là pour donner des leçons,
Et faire pousser des écoles qui redonnent de la passion là où je m'ennui j'ai besoin d'une bonne animation,
On entre dans une nouvelle ère même si j'garde un arrière gout amer,
Je ne suis pas sûr de correspondre à vos critères je n'entre pas dans vos cases regardez ma carrière,
je viens imposer déposer ma marque de fabrication même si tu copie tu n'aura pas ma manière de faire,
Tu peux cavaler comme un dingue jusqu'à la mort à la finale tu pourra jamais atteindre ma manière de plaire,
J'ai trop d'bastos trainer pas dans l'secteur si j'devais faire du mal j'le ferais pas de gaieté d'coeur,
J'fais parti de ceux qui disaient que le rap etait mieux avant mais dès qu'un nouveau déchire t'inquiètes j'le pousse devant.

 

[Refrain]


[Beuz :]

J'ai commencé en 2000 à c't'époque j'faisais mes classes,
La passion domine avec mes potes on s'fait une place,
La concurrence s'active elle essaie de se débattre,
Mais elle lâche prise à voir nos cd dans les bacs,
Alors j'quitte mon groupe m'émancipe,
J'reste dans l'groove et même en slip,
J'raperai encore car sans mes rimes j'ai la vie rude,
Un ange devenu garçon terrible depuis qu'le rap est mon virus,
Tu le sais qu'j'maltraite c'beat,
Que se soit avec un flow lent ou très très speed,
Toi quand tu kick rapide sa fait tâche tu reste au rez-de-chaussée,
Moi j'gravite les étages voit mes vœux s'exaucer,
J'ai les crocs la rage et la bave aux lèvres,
Le micro je l'arrache v'là la relève,
J’ai la rime qui brille qui vous fou les j'tons,
Peu m'arrive à la cheville et vous voulez qu'j'tombe,
J'crois qu'j'en ai trop fait j'leur ai coupé l'appétit,
Ils ne rêvent que de trophées mais la coupe est là petit,
Trop de rancunes pour les faux le masque tombe,
Ils admettent les lacunes de leur flow face aux mastodontes,
Les mauvais font que je suis contraint d'y croire,
Et puis mother fucker si c'est contradictoire,
Tu reste en chien face à moi aucun l'ouvre,
J'trace mon chemin boosté par Kamanouze.

[Refrain]