Je viens t'ouvrir les yeux tu vas tomber de haut j't'avertie,
Donc coupe le morceau, si tu as l'vertige,
Et ceux qui pense tous calculer et ben qu'ils écoutent,
Moi je soustrais le faux du vrai pour en tirer le bénéfice du doute,
Aux 3/4 entourer d'faux cul pour la plus part,
Suffit qu'j'les regarde que jm'en occupe pour que ma plume parle,
Jouer un rôle c'est tellement sombre que j'évite d'l'envisagé,
Derrière un masque de mensonge on est vite dévisager,
J'suis si proche du but que dans mon dos je les laisse parler,
Entre potes et putes il n'y a qu'une lettre pour les séparer,
Le pire c'est qu'c'est classique ca devient inconscient ou presque,
Aucun n'a de principe tous pratiquent le retournement de veste,
Et j'parle pas des meufs là par intérêt ou par intérim,
Mais si je gâche tes rêves gars atterrie la vie qu'on mène n'est pas terrible,
Trop isolé a force de vouloir jouer les égoïstes,
On devient camisoler par la bêtise en prenant des gros risques.



[Refrain :]
C'est l'enfer du décor,
On s'enferme dans l'erreur,
Un démon voilà ce que la vie à fait de moi,
L'habit ne fait pas le moine,
C'est l'enfer du décor,
Ôte les oeillère que tu porte,
Les apparences nous mentent je crois que j'ai compris la leçon,
Je ne mordrais plus à l'hameçon.

 

[Pont :]
L'habit ne fait pas l'moine,
Je ne mordrais plus à l'hameçon,
(x2)

 

Je viens jeter un froid dans l'dos avec mon coeur de glace,
On a trop de potes en taule pour imaginer fuir l'impasse,
Oui c'est l'enfer du décor où l'ange cache le démon,
Si dieu a construit le monde, l'homme dans ce cas le démonte,
Mais malgré les apparences j'crois qu'la vie est une aubaine,
Il faut s'armer d'patience il n'y a qu'elle qui tue nos peines,
Mais trop sournois on fait l'inverse pour écourter l'problème,
On se noie dans un verre quand la coupe est trop pleine,
Parfois la vie te perturbe à confondre vice et vertu,
J'rêve d'un monde parfait mais j'sais qu'au fond la devise c'est perdu,
Moi je crois en la victoire d'la vérité sur l'mensonge,
Sans cette lueur d'espoir l'avenir serait véritablement sombre,
Et n'oubliez pas que c'est dans l'fond que le hip hop réside,
Pas dans la forme de tous ces faux mc plein d'hypocrisie,
Alors je t'avertie qu'je lâche mon débit crache mon dépit sur les débiles,
Qu'ont pas compris qu'j'ai du mépris pour cette manie d'toujours mentir.

[Refrain :]


[Pont :]


La street life m'a mit des claques complétement lessivé,
J'ai pris le mic mais les grosses liasses m'appel en privé,
Face à une armée d'boug moi seul j'y vais,
A croire que j'ai perdu la boule vous avez pas pigé,
J'suis déter être un bon type ca me desserre,
C'est le coté obscure de ma force qu'ils préfèrent,
Alors j'lai met bien,
Les démons de la streetzer que des types fiers parmi les miens,
Et le décor est infernal,
300 guerriers dans le même corps ca va faire mal c'est l'enfer man,
Qui veut m'ralentir faire trainer mes affaires,
La pointe de mon chlass va pénétrer ta chaire,
Et ta mâchoire va croquer la chaussée,
J'vais les dead tous j'l'ai dit dans la faucheuse,
Et je porte ma croix à l'ombre du showbiz,
Là où les médias nous déguisent allez fuck ma gloire.


[Refrain :]

[Pont :]